• 2017-07-04-site-regiment.jpg

03.07.17

 

L’infanterie, c’est l’arme de l’engagement par excellence. Les soldats appartenant à cette « arme des 300 derniers mètres » font partie de la mêlée : ils sont spécialisés dans le combat direct à pied et sont chargés de s’emparer du terrain puis d’en garder le contrôle. Leur mission ? Rester en première ligne, au contact de l’adversaire.

 

Qu’on les appelle marsouins pour les troupes de marine ou fantassins, les spécialistes du combat débarqué possèdent des qualités indispensables : un bon physique, du courage et un mental d’acier. En effet, ce sont des atouts nécessaires pour faire face au stress de la vie sur le terrain.

 

Les soldats peuvent être acheminés par divers moyens sur le lieu des combats :

  • Les troupes de l’infanterie motorisée se déplacent et combattent à pied et son transportées par des véhicules à roues (blindés ou non) sur le lieu de bataille.

  • Les troupes de l’infanterie mécanisée sont transportées par des véhicules de transport blindés chenillés et accompagnent la progression des blindés.

  • Les troupes aéroportées et les unités parachutistes sont transportées par voie aérienne (avions ou hélicoptères).

 

Les matériels spécifiques couramment utilisés en infanterie sont nombreux. Parmi eux on trouve des véhicules comme le récent VBCI (véhicule blindé de combat de l’infanterie). Celui-ci doit permettre le débarquement au plus près de l'objectif du groupe de combat et être en mesure de lui fournir un appui avec son armement de bord. Il y a aussi le VHM (véhicule à haute mobilité), qui est chenillé, articulé et blindé. Il est à la fois capable d'évoluer en haute montagne dans la neige tout comme dans les marais de la jungle Guyanaise. En ce qui concerne l’armement, les troupes d’infanterie manient comme chaque militaire le FAMAS, mais aussi régulièrement la mini mitrailleuse MINIMI. Sa précision jusqu'à 600 m, son autonomie en munitions, sa grande souplesse d'emploi et sa fiabilité augmentent de façon significative la puissance de feu des groupes de combat d'infanterie débarqués. On peut également évoquer le missile MILAN (missile d’infanterie léger antichar NATO), guidé par infrarouge et utilisable de jour comme de nuit, le LGI (Lance Grenades Individuel) ou encore le fusil de précision (PGM).

 

2017-07-04-site-tireur-infanterie.jpg

 

La formation pour accéder au métier de combattant dans l’infanterie est simple et sans obligation de diplôme. Le jeune - une fois avoir été reçu par son CIRFA et avoir passé les tests de sélection - va débuter sa formation en CFIM (centre de formation initiale militaire) pendant 3 mois. Il y apprendra les bases du métier de militaire (savoir-faire, savoir-être, traditions, tirs etc.). Ensuite, il intégrera le régiment de son choix selon sa spécialité pendant 3 autres mois.