Votre mission

Assurer la sécurité des réseaux

Votre spécialité de technicien en cybersécurité consiste à participer au sein d’une équipe, à la sécurisation des moyens de télécommunication et informatique, mise en œuvre au profit des forces armées. Mettant en œuvre des moyens spécifiques de contrôle et d’audit, vous proposez des solutions techniques pour améliorer le niveau de sécurité.
Vous pouvez être amené à partir en mission ou en opération extérieure. Au sein de votre régiment, vous pouvez être responsable d’une équipe et participer à l’instruction et à l’encadrement d’une section.

Caractéristiques

  • Contrat à durée déterminée

    Contrat de 8 ans renouvelable
  • Sous-officier

    Sergent au bout de 8 mois, puis possibilité d'évolution régulière avec montée en grade en fonction des évaluations tout au long du parcours professionnel
  • 1 315.38 euros
    Salaire net/mois pour un sergent célibataire sans enfant lors du premier contrat.

Profil recherché

La spécialité de technicien en cybersécurité peut vous correspondre si :
Vous êtes méthodique et précis
Vous avez un goût prononcé pour la technique
Vous êtes réactif
Vous avez un bon esprit d’équipe
Vous vous adaptez facilement
  • H/F entre 17,5 et moins de 29 ans à la date de signature du contrat, de nationalité française, en règle avec les obligations du service national (JDC) et jouissant de ses droits civiques.
  • Diplôme du BAC obligatoire
  • Action

    1/4
  • Leadership

    2/4
  • Analytique

    4/4
  • Technophile

    4/4
Formation
technicien_cyber_1.jpg

1. Devenir soldat

Pour acquérir les bases du métier de soldat et de chef de groupe, vous bénéficierez d’une formation initiale de 8 mois à l'Ecole des Sous-Officiers (ENSOA) à Saint Maixent.

2. Devenir technicien en cybersécurité

Vous suivrez ensuite la formation« cybersécurité » durant 4 à 5 mois à l’école de transmissions de Rennes

3. Acquérir des savoir-faire spécifiques

Capacité d’analyse, logique, discrétion, NTIC

Évolution
1_evolution.jpg

1. En tant que soldat

En tant que soldat, vous serez formé tout au long de votre parcours professionnel. Plus qu’un emploi, l’armée de Terre vous aide à acquérir un savoir-être reconnu lié à votre expérience au sein de celle-ci.

2. En tant que technicien en cybersécurité

L’armée de Terre vous propose un parcours professionnel clair et une évolution régulière. Vous pourrez monter en grade, gagner en expertise et acquérir de nouvelles qualifications. Vous conservez également la possibilité d'évoluer régulièrement à travers une autre spécialité de l'armée de Terre.

Reconversion
1_reconversion-officier.jpg

1. En tant que soldat

Votre parcours professionnel dans l'armée de Terre est un atout pour votre reconversion : vous serez reconnu pour votre excellente condition physique, votre rigueur et votre aptitude à manager une équipe. Les secteurs de la logistique, de la sécurité et du sport pourront être particulièrement intéressés par votre profil.

2. En tant que technicien informatique

Vous aurez acquis des savoir-faire spécifiques que vous pourrez transposer dans la vie civile en tant que technicien en cybersécurité dans tous types de secteur. Par ailleurs, vous pourrez envisager de passer des concours pour entrer dans l’administration. A noter : Au bout de 4 ans de service, vous pouvez bénéficier d’un accompagnement à la reconversion.

Les regiments où exercer cet emploi

Pourquoi nous rejoindre

Parce que l’armée de Terre est avant tout une aventure humaine, au service de la France. L’aventure de la découverte des pays où elle intervient et de la rencontre avec leurs populations. Mais aussi celle de la fraternité d’arme qui unit tous les soldats, quel que soit leur grade, sexe, religion, origine, etc.

  • 1er
    employeur
    chez les jeunes
  • 13 000
    postes
    à pourvoir en 2018
  • 66%
    des sous-officiers
    sont d'anciens
    militaires du rang
  • 70%
    des officiers
    sont d'anciens
    sous-officiers
  • 100
    spécialités
    possibles au sein d'un seul métier : soldat
  • 74%
    des soldats
     trouvent un emploi dans les 6 mois après avoir quitté l’armée